Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Samia SOULTANI-VIGNERON

Il s'agit d'un blog d'information sur la vie politique à Laval ainsi que l'engagement politique de Samia Soultani-Vigneron, Présidente de la fédération des Républicains de la Mayenne, Vice-Présidente du Conseil régional des Pays de la Loire et Première adjointe de Laval.

La France « Terre d’accueil » devient « Terre d’écueil » pour les entreprises

Après les tribulations hasardeuses de M. MONTEBOURG à l’encontre de la famille MITTAL, après ses attaques infondées de la famille Peugeot, M. le Ministre récidive et s’attire les foudres du PDG du groupe TITAN, spécialiste américain du pneu agricole. Quelle triste image de la France véhiculée sur la scène internationale et quel gâchis pour notre pays, bâti grâce au génie de ses créateurs et au savoir-faire de ses salariés !

En effet, l’origine du conflit est la fermeture de l’usine GOODYEAR d’Amiens. Dans sa réponse au ministre, le PDG américain, candidat à la reprise du site, fustige les ouvriers français à tort alors qu’il traduit son irritation envers le syndicat local et ses demandes irrationnelles, soutenu à grand renfort par M. le Ministre et son gouvernement. Il est normal de voir cette collusion politico-syndicale avec la CGT quand on se rappelle que pour la première fois dans l’histoire de la cinquième république, un syndicat, organisation a priori apolitique, la CGT depuis sa tête avait ouvertement appelé à voter pour François Hollande au second tour de l’élection présidentielle. Voilà un Gouvernement qui se trouve pieds et poings liés par un syndicat qui lui a permis l’accession au pouvoir !

M. le Ministre, comme s’il avait le temps, a promis de faire une lettre au PDG de TITAN mais cette lettre permettra-t-elle de rendre leurs emplois aux salariés de GOODYEAR?

GOODYEAR, MITTAL et bien d’autres partent parce que la consommation en France est en berne et la politique gouvernementale, notamment en terme de fiscalité, ne laisse entrevoir aucune perspective d’avenir pour nos entreprises.

Si l’on veut les voir revenir, il faut avoir un plan ambitieux de relance de notre industrie à coup d’innovation et de productivité car une politique de rigueur sans objectif est une punition voire une faute lourde de conséquence pour notre économie et nos emplois.

Il est urgent que les postures et les mots laissent enfin place au volontarisme et à l’action.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article