Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Samia SOULTANI-VIGNERON

Il s'agit d'un blog d'information sur la vie politique à Laval ainsi que l'engagement politique de Samia Soultani-Vigneron, Présidente de la fédération des Républicains de la Mayenne, Vice-Présidente du Conseil régional des Pays de la Loire et Première adjointe de Laval.

Le « stationnement payant pour tous » de cafouillages en cafouillages

La gestion du dossier de privatisation du stationnement à Laval met en lumière des négligences majeures sur ce dossier comme tant d’autres gérés depuis 2008 dans une opacité inquiétante et grave pour le bon fonctionnement de notre ville.

Sans revenir sur la manière dont ce dossier a été géré par MM. Garot et Boyer, écartant tout regard critique sur le choix de l’entreprise délégataire, la mise en place anarchique du « stationnement payant pour tous » depuis quelques jours prouve le manque de sérieux et de vigilance des élus de la majorité municipale dans la gestion de la DSP parkings. 

Au vu des dernières réactions improvisées des élus de la majorité pour répondre à la gronde justifiée des Lavallois, nous constatons que ni MM. Garot et Boyer ni leurs colistiers ne connaissent les termes du contrat signé avec URBIS Park.

Dans cette convention qui engage la ville de Laval sur 10 années, il est expressément convenu entre les parties que le marché du samedi matin aura lieu de 7h00 à 14h00 et non 17h00. Toute utilisation au-delà donnera lieu à une pénalité !

L’article 18 de l’annexe 1 « Clauses applicables à la gestion du stationnement en ouvrage et enclos » indique sans aucune ambiguïté qu’en cas de non respect des horaires,  la ville devra indemniser le délégataire sur la base de 150 % du chiffre d’affaire journalier de l’année en cours !

Une « faute de frappe » mais de qui se moque-t-on ? N’y a-t-il pas de service juridique à la ville ? M. Boyer, épaulé par son armada de communicants, n’était-il pas le pilote de la commission DSP parkings ?

Quels coûts supplémentaires et mauvaises surprises, cette convention cache-t-elle encore ?

Au final, quelle bonne affaire pour URBIS et quelle ardoise pour le contribuable lavallois qui en plus du remboursement des emprunts souscrits (environ 10 M€) pour le rachat par la ville des parkings devra payer le ticket de stationnement le prix fort et régler la facture des erreurs de la majorité municipale.

A en croire les « faux-arguments » de la majorité municipale, il s’agirait là de la faute de frappe la moins bien négociée de l’histoire !

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article